Quels sont les taux immobiliers en 2022 ?

Durant des mois, les taux de crédits immobiliers étaient rarement au-dessus de 1%. Cependant, l’inflation de l’économie du pays a fait remonter ces taux immobiliers. À ce jour, pour la majorité d’entre eux sont au-dessus de 1% et cette situation semble s’imposer dans la durée.

Les nouvelles sur les taux de crédit immobiliers en 2022

Il n’y a plus de doute, les taux d’intérêt de crédits immobiliers permettant de financer vos biens sont continuellement en hausse. Vous trouverez des explications sur cette augmentation massive dans cet article. En 2021, les taux d’intérêts immobiliers étaient en dessous de 1% ou bien très légèrement au-dessus. Néanmoins, ces taux augmentent, et cela paraît être une hausse pérenne. Effectivement, en 2022, ils sont tous repassés au-delà des 1% :

A lire en complément : Pourquoi choisir MD.REAL ?

  • Sur 15 ans : 1,12%
  • Sur 20 ans : 1,20%
  • Sur 25 ans : 1,37%

Cette augmentation risque de durer et cela en devient même inquiétant pour les taux immobiliers qui peuvent parfois s’élever entre 1 et 2% selon les différentes offres de prêts bancaires. Dernièrement, nous avons pu observer la réduction du taux d’usure qui se fait par la banque de France, qui établit le meilleur taux maximal, que l’emprunteur est en droit d’emprunter. Son assurance inclus et permet également de réduire l’augmentation des taux d’intérêts en fonction du prêt demandé.

Quelles sont les différentes contraintes pour obtenir un prêt immobilier en 2022 et quelles sont vos solutions ?

En 2022, il est nettement plus difficile de gagner un crédit immobilier. À cause de l’inflation importante de l’économie du pays après la crise économique qu’il a récemment connue, les crédits sont nettement moins accordés.

A découvrir également : Comment on arrive à produire le courant alternatif  ?

Un taux d’endettement trop élevé

Si vous êtes en cas de surendettement, cela ne fonctionne pas, peut-être avez-vous encore un crédit sur une longue durée pour : votre voiture, les prêts étudiants… Des crédits déjà trop élevés et trop longs, dans ce cas votre courtier aura certainement peur que vous soyez dans l’incapacité de rembourser la totalité de votre prêt immobilier auprès de votre banque. Cependant, toutes les banques profitent d’une dérogation d’environ 20% de leur production. Les courtiers peuvent alors, aussi, diriger les emprunteurs dans les meilleurs établissements spécialisés, toutefois les conditions de reste à vivre y sont clairement plus exigeantes. Le reste à vivre c’est l’argent que votre courtier ne peut placer sur votre prêt. (loyer, chauffage, électricité…)

Des revenus faibles ou une situation professionnelle incertaine

La majorité des personnes travaillant sous contrat de CDD ou en freelance, sont grandement susceptibles de ne pas obtenir de crédit immobilier, en effet, leur situation est instable et leurs revenus bien plus faibles. Néanmoins, lorsqu’une personne est en CDI ou qu’elle a une grande ancienneté dans son emploi et que ses revenus sont nettement plus élevés avec une bonne assurance. Ils ont de meilleures chances de l’acquérir. Pour résumer, pour que votre demande de crédit immobilier fonctionne, il vous faut un crédit avec un taux d’endettement qui ne soit pas supérieur à 37%, à la seule condition que votre reste à vivre soit correct. De plus, vous devez avoir une ancienneté professionnelle, en conséquence une épargne et une bonne assurance.

Vos solutions en cas de rejet de votre crédit immobilier ?

Si l’on vous refuse ce prêt, plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Vous pouvez vous adresser à une nouvelle banque, en demandant à votre ancien courtier une lettre justifiant son refus
  • Vous faites appel au notaire directement et lui transmettez la lettre, afin d’éviter toute possibilité de perdre votre séquestre
  • Vous demandez un délai supplémentaire avec le vendeur et passez par un courtier immobilier.

Comment calculer les intérêts d’un emprunt immobilier ?

La formule du calcul d’un emprunt immobilier est simple, il vous suffit de multiplier le taux par le capital que vous avez emprunté et ensuite ce résultat, multipliez-le par la durée de remboursement. Par exemple : Un prêt de 30 000€ pour une durée de 15 ans, avec un taux 3,7% donne ce calcul : (30 000 × 3,7%) = 1 110 € 1 110 × 15 = 16 650 € L’emprunteur aura donc bien payé 46 650€.

RELATED POSTS